Comment passer son permis bateau de plaisance ?

Afin de pouvoir conduire des véhicules nautiques de plaisance tels que les bateaux, les motos aquatiques, les sous-marins de poche, les véhicules amphibies et aéroglisseurs, il faut passer son permis bateau de plaisance. Néanmoins, à partir de 16 ans, il est possible de conduire sans permis à condition d’être accompagné par un titulaire du permis en question(titulaire depuis au moins trois ans), mais aussi d’obtenir une autorisation auprès du service instructeur (autorisation valable pendant seulement un an et non-renouvelable).

C’est quoi le permis « plaisance option côtière » ?

Que ce soit en mer ou sur les lacs, le permis plaisance option côtière est requis pour la conduite des bateaux de plaisance dotés d’une puissance motrice supérieure à 4,5 kilowatts ainsi que des véhicules nautiques à moteur. Afin de l’obtenir, il faut d’abord déposer une demande d’inscription aux épreuves auprès du service instructeur compétent de la région. Celle-ci doit être accompagnée d’un certificat d’aptitude physique.

Comment passer son permis ?

Afin d’obtenir ce type de permis, il faut d’abord passer par un examen théorique sous la forme de QCM de 30 questions à choix multiples qui portent, entre autres, sur le balisage, les règlements de navigation, les signaux (phoniques, météorologiques, de trafic portuaire et de détresse), les feux et les marques des navires… Les règles d’utilisation d’une radio VHF doivent aussi être expliquées pendant toute la durée des formations (théorique et pratique). Il faut également suivre une formation pratique d’une durée de 3 heures 30, dont 2 heures (ou plus selon les compétences du candidat) à la barre du bateau formateur. Cette formation sera ensuite validée par l’instructeur. Les formations théorique et pratique doivent être encadrées par des « formateurs bateaux-écoles ». En effet, seul un bateau-école agréé est autorisé à former un candidat pour l’obtention d’une permise plaisance.

À combien s’élève le coût ?

Le tarif de la formation varie, généralement, en fonction de la région sur laquelle elle va se dérouler et de l’organisme qui la prend en charge (association ou société commerciale). Mais parfois, le montant varie aussi d’une période à une autre. Par exemple, avant les vacances scolaires, le tarif est plus élevé. Dans tous les cas, ce tarif inclut l’inscription et les frais de dossier, le manuel de cours et de tests (écrits ou en ligne), le livret du candidat et le livret de certification ainsi que le contrat de formation en cas d’échec, notamment les frais des cours de rattrapage.

Education : comment sensibiliser les enfants aux visites culturelles et aux monuments ?
Vacances : comment choisir un restaurant qui ne soit pas un attrape-touriste ?